Appels à proposition

Les autres sites de l'association

logo sc 2lignes 2
LogoTS
SOS

L'agenda

vendredi 24 janvier / 19:00 - 21:00
Crapaud épineux et sentinelles du climat

Voir toutes les sorties

Pour la protection intégrale des vipères françaises

Le futur arrêté fixant la liste des amphibiens et reptiles protégés en France métropolitaine n’accorde qu’une protection partielle à la Vipère aspic et à la Vipère péliade. Le texte légitime ainsi la destruction de ces espèces, pourtant en déclin. Vous avez jusqu’au 1er décembre 2019 pour demander une modification du texte soumis à consultation publique. On vous explique pourquoi cela est important.

Le ministère de la transition écologique et solidaire (MTES) s’apprête à mettre à jour l’arrêté fixant la liste des amphibiens et des reptiles protégés en France métropolitaine. Pour le moment, le texte soumis à consultation publique nous interpelle pour deux de nos espèces de vipères : la Vipère aspic et la Vipère péliade. Leurs habitats sont protégés mais malheureusement « la destruction des spécimens reste possible pour des raisons de sécurité ».

Ce statut de protection partielle est tout à fait insuffisant et illégitime.

L’effondrement des populations de ces espèces est avéré dans les régions où des suivis à long terme existent. Par exemple, en dix ans les effectifs de Vipère péliade ont régressé de 40% en Normandie, (Barrioz et al. 2019). Leur protection intégrale est indispensable tant pour être prises en compte dans les études réglementaires (études d’impact, loi sur l’eau…), que pour renforcer les actions de conservation ou de sensibilisation. Angleterre, Belgique, Luxembourg, Allemagne, Suisse, Espagne et Portugal… nos voisins européens l’ont bien compris. La France fait aujourd’hui figure d’exception européenne en n’accordant à ces vipères qu’un statut de protection partielle. Rappelons aussi que le nombre de morsures de vipères en France est faible (<300/an) et les cas de mortalité sont anecdotiques en comparaison aux piqures d’abeilles, de guêpes ou de frelon. Il n’y a pas eu de mort en France par morsure de vipère depuis 2003. La meilleure attitude à adopter face à une vipère reste encore de lui laisser prendre la fuite.

Dans le contexte actuel de déclin massif de la biodiversité et d’effondrement de la faune et de la flore, légitimer de la sorte la destruction d’une espèce menacée est une aberration.  La consultation est ouverte jusqu’au 1er décembre 2019 : prenez le temps de demander la modification du texte pour inscrire ces deux espèces à l’article 2 de l’arrêté (protection intégrale) en cliquant ici.

Par ailleurs, le texte autorise la pêche « du dimanche » de la Grenouille verte. Cette espèce, hybride de la Grenouille rieuse et de la Grenouille de Lessona, est particulièrement difficile à reconnaître : l'analyse génétique est souvent la seule méthode permettant de la distinguer de ses congénères avec certitude. Maintenir une autorisation de pêche malgré ce risque important de confusion est un non sens qui nuira aux populations déjà menacées et intégralement protégées de la Grenouille de Lessona.***la rieuse est exogène en Aquitaine***
Il autorise également la pêche et l’exploitation commerciale de la Grenouille rousse, une espèce fortement en déclin aux dires des experts. Or les prélèvements commerciaux représentent plusieurs millions d’individus collectés dans les milieux naturels.

Ainsi, la Grenouille verte comme la Grenouille rousse devraient elles aussi bénéficier d'une protection intégrale.


Vipères aspics

Le ministère de la transition écologique et solidaire (MTES) s’apprête à mettre à jour l’arrêté fixant la liste des amphibiens et des reptiles protégés en France métropolitaine. Pour le moment, le texte soumis à consultation publique nous interpelle pour deux de nos espèces de vipères : la Vipère aspic et la Vipère péliade. Leurs habitats sont protégés mais malheureusement « la destruction des spécimens reste possible pour des raisons de sécurité ».

Ce statut de protection partielle est tout à fait insuffisant et illégitime.

L’effondrement des populations de ces espèces est avéré dans les régions où des suivis à long terme existent. Par exemple, en dix ans les effectifs de Vipère péliade ont régressé de 40% en Normandie, (Barrioz et al. 2019). Leur protection intégrale est indispensable tant pour être prises en compte dans les études réglementaires (études d’impact, loi sur l’eau…), que pour renforcer les actions de conservation ou de sensibilisation. Angleterre, Belgique, Luxembourg, Allemagne, Suisse, Espagne et Portugal… nos voisins européens l’ont bien compris. La France fait aujourd’hui figure d’exception européenne en n’accordant à ces vipères qu’un statut de protection partielle. Rappelons aussi que le nombre de morsures de vipères en France est faible (<300/an) et les cas de mortalité sont anecdotiques en comparaison aux piqures d’abeilles, de guêpes ou de frelon. Il n’y a pas eu de mort en France par morsure de vipère depuis 2013, et ce dernier cas fait suite à une manipulation de spécimen en public. La meilleure attitude à adopter face à une vipère reste encore de lui laisser prendre la fuite.

Dans le contexte actuel de déclin massif de la biodiversité et d’effondrement de la faune et de la flore, légitimer de la sorte la destruction d’une espèce menacée est une aberration. La consultation est ouverte jusqu’au 1er décembre 2019 : prenez le temps de demander la modification du texte pour inscrire ces deux espèces à l’article 2 de l’arrêté (protection intégrale) en cliquant ici.

Concours photo !

concours

Cistude Nature organise un concours photographique autour du thème de la 3ème édition du Festival Territoires Sauvages :

La nature de Nouvelle-Aquitaine, la nuit

Pour participer, il suffit d'envoyer vos photos (jusqu'à 3) via le site internet du festival (ouverture des envois le 1er décembre 2019), à partir de 1er décembre 2019, jusqu'au 31 janvier 2020, en respectant la demande décrite dans le réglement.

Les 20 meilleures photos seront sélectionnées par notre jury pour être exposées pendant le Festival. Deux prix seront remis à l'issue du Festival : le Prix du jury et le Prix du public.

 

Réglement du concours photo :

Règlement du concours photo organisé dans le cadre de la 3ème édition du Festival Territoires Sauvages, au Teich (Gironde) du 10 au 13 avril 2020.

ARTICLE 1 - Organisation et dates du concours
Cistude Nature, association de loi 1901, dont le siège administratif se situe au Chemin du Moulinat, 33185 Le Haillan, organise un concours photographique libre et gratuit, dans le cadre de la 3ème édition du Festival Territoires Sauvages.

La réception des photographies se fera du 1er décembre 2019 au 31 janvier 2020.
Les résultats seront divulgués le lundi 13 avril 2020 pendant l'inauguration du Festival.

ARTICLE 2 - Thèmes
Thème : la nature sauvage de Nouvelle-Aquitaine, la nuit

Sont acceptées les photos prises de nuit, illustrant la nature de Nouvelle-Aquitaine dans toutes ses dimensions. Les photos issues de pièges photographiques ne sont pas acceptées, sauf barrières infrarouges.

ARTICLE 3 - Conditions de participation
Ce concours est gratuit et ouvert à tous les photographes à l'exclusion des membres du jury, du comité d'organisation et de leur famille.
Les participants au concours doivent être dépositaires des droits liés à l’image et avoir l’autorisation des personnes identifiables sur la photographie.

Un même participant peut proposer de 1 à 3 photographies.

Les photos sélectionnées seront imprimées et exposées lors de la 3ème édition du Festival Territoires Sauvages. Sous réserve d’accord avec le photographe, les organisateurs se réservent le droit d'utiliser les photographies retenues dans la phase finale imprimées à des fin de sensibilisation (expositions des photos). Les auteurs seront mentionnés sur chaque photographie.

La photographie devra être envoyée au format numérique « JPG » en pièce jointe du formulaire dédié (mise en ligne le 1er décembre 2019).

Le plus petit côté de la photographie devra comporter au minimum 2000 pixels.

Les informations demandées sont les suivantes :
- La date et le lieu de la prise de vue
- Le matériel utilisé
- Un commentaire de 2 lignes maximum
- Les nom et prénom du participant
- L’adresse postale et le n° de téléphone du participant
- L’email du participant

Les images ne respectant pas ces critères seront éliminées.

ARTICLE 4 - Critères de sélection
Les photographes seront évaluées sur leur valeur technique et artistique par le jury, en intégrant une notion d'éthique dans la prise de vue animalière. Le nom des auteurs des photographies ne sera pas divulgué au jury.
Au total, le jury sélectionnera 20 photographies qui seront exposées lors de la 3ème édition du Festival Territoires Sauvages. Il choisira l'une des photos, récompensée par le Prix du jury.

Un Prix du public sera aussi décerné. Le vote se déroulera lors du Festival Territoires Sauvages par les visiteurs du Festival (un bulletin de vote par visiteur).

ARTICLE 5 - Prix et remise des prix
Les deux lauréats du concours seront révélés le dernier jour du Festival Territoires Sauvages.

Une récompense en nature sera prévue pour les deux lauréats. Aucune transaction financière ne sera possible.
La remise des prix se fera le jour même des résultats si les auteurs sont présents. En cas d'absence, les lots seront envoyés au domicile des auteurs.

ARTICLE 6 - Exposition des œuvres
Les 20 photographies finalistes seront exposées lors du 3ème Festival Territoires Sauvages, à la Halle du Port au Teich.

ARTICLE 7 - Composition du jury
Il sera constitué de 5 personnes, choisies pour leurs compétences dans la prise de vue et l'image naturalistes.

ARTICLE 8 - Exclusions
Les responsables du concours se réservent le droit de supprimer les photographies à caractère discriminant ou de toute autre nature réprimée par les lois en vigueur, ainsi que toute autre photographie ayant entrainé une maltraitance des sujets.
Le participant ne pourra pas contester la décision des organisateurs.

ARTICLE 9 - Droit à l'image
Chaque participant déclare être l’auteur de la photographie soumise. Il reconnaît également avoir obtenu préalablement les autorisations nécessaires à sa diffusion. L'organisateur prend en charge l'impression des 20 photographies finalistes et en devient le détenteur. L'auteur de la photographie cède donc ses droits à l'organisateur concernant la photographie présentée dans le contexte donné. L'organisateur n'utilisera en aucun cas ces photographies à titre commercial.

ARTICLE 10 - Responsabilités
Les organisateurs ne pourront être tenus responsables de tout problème lié au déroulement du concours qu’il s’agisse d’une erreur humaine, informatique ou de quelque autre nature.
En cas de force majeure Cistude Nature se réserve le droit de modifier le présent règlement, de reporter ou d’annuler le concours. Sa responsabilité ne saurait être engagée du fait de ces modifications.

ARTICLE 12 - Obligations
La participation à ce concours implique l’acceptation du présent règlement par les concurrents.
Son non respect entraînera l’annulation de la candidature.
Toute contestation relative à l’interprétation et à l’application du présent règlement sera étudiée par les organisateurs, souverains dans leur décision, dans l’esprit qui a prévalu à la conception du concours.

Nos films sélectionnés !

Nous sommes très heureux de vous annoncer la sélection des films de Marie Daniel et Fabien Mazzocco à plusieurs festivals de films nature cet automne !

Dans les semaines à venir, vous pourrez donc voir ou revoir nos films (coproductions C. Nature et Mauvaises Graines) :

Festival Nature Namur en Belgique du 11 au 20 octobre 2019 :
Des serpents dans nos têtes est programmé le 15 octobre à 17h30

Pariscience à Paris du 25 au 30 octobre 2019 :
Des serpents dans nos têtes sera projeté le 16 octobre à 14h
L'hippopotame des ornières

Festival du film nature et environnement en Isère (38) du 26 novembre au 8 décembre 2019 :
L'hippopotame des ornières
Programmation à venir

Festival Cinématerre à Metz (57) du 21 au 24 novembre 2019
Nous, mammifères
Programmation à venir

Serpents web 

Hippopotame des ornières

  Nous Mammifres

Carnet rose pour le Vison d'Europe

Grande première pour le Vison d'Europe : 4 petits sont nés en juillet à l'élevage conservatoire Zoodyssée dans les Deux-Sèvres !


NaissanceVisondEurope

Espèce protégée et classée "en danger critique d'extinction", le Vison d'Europe n'est présent en France que dans 11 départements du Sud-Ouest. Il fait partie des mammifères les plus menacés en Europe. Sa régression est en partie liée à la compétition avec le Vison d'Amérique, espèce exogène, introduite en Europe pour sa fourrure.

La reproduction en captivité de cette espèce est particulièrement complexe et délicate, notamment de part la très courte période de fécondité des femelles. Aussi, cette première en France marque une avancée dans la conservation de l'espèce.

Ces actions sont menées dans le cadre d'un Plan National d’Action (PNA) coordonné par la DREAL de Nouvelle-Aquitaine et coanimé par l’ONCFS (animateur scientifique et technique) et l'Association Cistude Nature (animateur réseau).

Pour en apprendre davantage sur cette espèce, rendez-vous en page 113 de notre atlas sur les mammifères carnivores .
Vous pouvez aussi revoir le très bon film "Sauvons le vison d'Europe" de nos amis de Fifo distribution.

NaissanceVisondEurope2NaissanceVisondEurope3

Territoires Sauvages : une seconde édition sans la pluie !

Le soleil était presque au rendez-vous pour cette seconde édition et ça change tout ! Sous la nouvelle halle de la plaine du port, dans la nature environnante, à la salle publique du Teich et au domaine de Certes et Graveyron à Audenge : le public a répondu présent pour notre rendez-vous annuel.

4 000 personnes ont pu se familiariser à la faune et à la flore locales, découvrir les enjeux de leur préservation en Nouvelle-Aquitaine ou voyager vers des contrées plus lointaines avec les films projetés grâce à notre partenariat avec le Festival International du Film Ornithologique de Ménigoute.

Expositions, stands, guides naturalistes, réalisateurs, foodtrucks, musiciens... tout le monde était réuni pour donner à voir les merveilles du vivant qui nous entoure.

Un énorme MERCI à celles et ceux qui soutiennent le festival, à vous qui nous avez rendu visite et surtout à nos infatigables bénévoles qui ont assuré tout le week-end !

En attendant l'année prochaine, replongez dans l'ambiance du festival à travers cette sélection de photos.
Vous pouvez aussi consulter la revue de presse du festival ici !

Lire la suite : Territoires Sauvages : une seconde édition sans la pluie !

Distinguer les mammifères des milieux aquatiques

Genette commune, martre des pins, vison d'Europe, campagnol amphibie, desman des Pyrénées... ces noms ne vous sont peut-être pas inconnus mais sauriez-vous reconnaître chacun de ces mammifères des milieux aquatiques de Nouvelle-Aquitaine ?

Fruit d'une collaboration avec la très talentueuse dessinatrice Carine Gresse, notre dernier livret vous donnera les clés de détermination de ces espèces si discrètes.

Consultable en ligne en basse résolution, cet ouvrage sera bientôt édité pour le grand public... Patience...

Festival Territoires Sauvage #2

bandeauNL

Ca y est ! La seconde édition de Territoires Sauvages se prépare. Retenez les dates : le festival se déroulera du vendredi 19 avril 2019 (démarrage en soirée) au lundi 22 avril 2019.

Nous vous présenterons le programme du festival le plus rapidement possible. Patience...

Arrachage de jussie : retour en image sur notre premier chantier nature

Mercredi 12 septembre, nous organisions notre premier chantier nature à proximité du moulin de l'association. Neuf bénévoles ont répondu présents à notre appel et nous ont prêté main forte. Après plusieurs heures passées dans la bonne humeur, on peut dire que la Jalle aux abords de l'association a changé d'allure : l'arrachage de la jussie, cette plante exotique envahissante, était devenu nécessaire pour préserver la qualité du milieu et la biodiversité.

Jussie 2

Jussie 1

 

 

 

 

 

Nous adressons nos remerciements chaleureux à Aurore, Annie, Pierre, Martine, Daniel, Carine, Jacques, Giovanna et Michel !!!

Avant Après

 

Qu’est-ce que la jussie ?

Jussie 3 - Photo de B.DudziakOriginaire d’Amérique du sud, la jussie a été introduite en France au 19ème siècle et cultivée pour ses qualités ornementales des bassins d'agréments et aquariums. Elle affectionne les milieux aquatiques : eaux stagnantes, zones humides, fossés ou cours d’eau lents sont autant d’espaces où elle se développe. Les grand tapis qu'elle forme se parent de grandes fleurs jaune vif tout l’été et jusqu’en septembre. Cette plante amphibie s’enracine sur des zones peu profondes aux courants très faibles. Types de sols, températures, luminosité : elle bénéficie d’une forte amplitude écologique. Son développement et sa multiplication très rapides lui confèrent la capacité de doubler chaque année sa superficie de colonisation.

Quel impact écologique ?

Le développement prolifique de la jussie en herbiers très denses envahit rapidement les plans d’eau et perturbe leur équilibre écologique. Non contenue, sa prolifération réduit la concentration en oxygène de l’eau, entraine un recul des autres populations animales et végétales et modifie l’écoulement de l’eau provoquant ainsi le comblement par sédimentation.

Au niveau européen, deux espèces de jussie sont reconnues espèces exotiques envahissantes préoccupantes : Ludwigia grandiflora et Ludwigia peploides. Egalement appelées jussie à grandes fleurs et jussie rampantes, ces deux espèces sont bien présentes en Nouvelle-Aquitaine.

L'hippopotame des ornières

Coproduction : C. Nature / Mauvaises Graines
Réalisateurs : Marie Daniel & Fabien Mazzocco
2018

Quel est cet étrange animal qui fréquente les ornières de certains de nos chemins... Rare et protégé, il a été (re ?)découvert sur une commune du Lot-et-Garonne. Partez à sa rencontre en suivant les acteurs de sa découverte et de sa protection.

Accédez au film

Formation à l'utilisation de la mallette Miss Emys

adulte3dNous vous proposons une formation à l’utilisation de la mallette Miss Emys le mercredi 24 mai 2017 à la Réserve de l’Etang Noir et le jeudi 7 septembre 2017 à Cistude Nature.

La formation dure une journée (10h-17h) et coûte 150 euros par personne.

Pour le repas, vous pouvez prévoir votre repas ou participer au repas commun (10 euros par personne).

Réservation au 05.56.28.47.72 ou en remplissant le formulaire joint.

A télécharger :
télécharger en pdf Formulaire d'inscription

Jeudi 12 février : RDV avec les Amphibiens !

Confrences amphibLes Amphibiens sont parmi les espèces les plus en danger. L’UICN (Union Mondiale pour la Conservation de la Nature) estime qu’une espèce sur trois est menacée d’extinction ! Les Amphibiens sont pourtant des espèces extrêmement intéressantes et variées. C’est évidemment le cas dans les forêts équatoriales, mais également chez nous, dans une nature dite plus « ordinaire ».

C’est ce que nous allons essayer de vous illustrer au travers de la présentation des 21 espèces de la Région Aquitaine, puis par une sortie nocturne dans les zones humides jouxtant la Pimpine.

Diaporama suivi d’une sortie découverte


À la Maison du Patrimoine Naturel du Créonnais 23, route de Créon - 33670 SADIRAC
06 76 21 99 94  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


L'Ile Pyrénées

lIle-PyrnesLe nouveau film co-produit par C. Nature, avec Mauvaises Graines, l'Ile Pyrénées, est sélectionné au Festival FIFO de Ménigoute. Il a été réalisé par Fabien Mazzocco et Marie Daniel.

Le jury du festival lui a remis ce week-end le Prix Paysage.

Joomla Templates by Joomla51.com