La Chélydre serpentine



A. Présentation
La Chélydre serpentine, plus simplement appelée Tortue serpentine, est une tortue dulçaquicole originaire d’Amérique du Nord. Son aire de répartition s’étend sur toute la moitié est du continent, depuis le sud des Etats-Unis jusqu'au sud du Canada. C’est l’une des tortues présentant la plus large répartition latitudinale, qui s’explique probablement par une importante plasticité écologique et de fortes capacités d'adaptation. Son habitat optimal est une eau calme, peu profonde, fortement végétalisée et sur fond vaseux qui lui permet de respirer, chasser et de thermoréguler sans effort.
 C.serpentina-020
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
B. Historique d'introduction
Les ventes de la Tortue serpentine ont été sans commune mesure avec celles de la Trachémyde écrite. Comme cette dernière, elle a été interdite de vente en animalerie et de détention chez les éleveurs d’agrément depuis 1997. Les jeunes chélydres, qui à l'achat ont la taille d’une balle de tennis, présentent une croissante rapide en captivité, et atteignent rapidement des tailles respectables. Dans leur aire de répartition naturelle, la Chélydre serpentine atteint par exemple 18 kg au nord de son aire, et jusqu’à 60 kg au sud ! En Gironde, le plus gros individu capturé pesait environ 20 kg. Outre sa grande taille, son caractère irascible et son impressionnant bec corné en fait un animal relativement dangereux si on tente de le manipuler. Comme sa consœur, celle-ci finit souvent par être relâchée dans la nature. Mal connue et relativement discrète, La Tortue serpentine a été rarement signalée à l’état sauvage en France. En Gironde, ce sont pourtant 8 observations qui ont réalisées entre 2005 et 2013, quasi essentiellement dans les secteurs des lacs de Lacanau et Hourtin. Le milieu y est constitué de grands lacs littoraux et d'un réseau très dense de crastes et fossés végétalisés.
 
33 - Le Porge 017 MB
 
C. Dans quelle mesure la Chélydre serpentine est présente dans la région ?
Sur la base de ces observations, trois hypothèses peuvent être proposées. La première est celle de relâchers indépendants par différents propriétaires. A la vue du cantonnement géographique de la majorité des observations, cette hypothèse ne semble pas satisfaisante ou tout du moins pas suffisante. La deuxième est celle du relâcher de plusieurs individus par une même personne. Il resterait alors à connaître le nombre d’individus relâchés, leur taille, leur sexe, et leur point d'introduction initial. La troisième hypothèse, qui fait suite à la deuxième, serait l’éventuelle reproduction de l’espèce dans le secteur des grands lacs. L’habitat y est favorable et le climat semble tout à fait convenir (rappelons que la Grenouille taureau, à la reproduction très dynamique en Gironde, présente le même patron naturel de répartition). Cette dernière hypothèse parait quelque peu alarmiste. Mais rappelons que cette espèce est plutôt discrète, et que le nombre d’individus présents sur les grands lacs est probablement bien supérieurs aux quelques individus observés.
 
Cartoserpentine
Carte des localités de C. serpentine entre 2005 et 2013
 
 
Par cette note, nous invitons toutes personnes amenées à nous signaler les éventuelles observations de cette espèce. N'hésitez pas à nous envoyer lieu, date d'observation, et photo si possible !
 
 
 
Joomla Templates by Joomla51.com